eleve endormi sur PC

Durant la période des concours et examens, de nombreux parents s’affolent du  peu de motivation de leur progéniture accaparée par exemple  par les jeux vidéo en ligne.  Analysons la motivation de ces jeunes devant leur ordinateur ou même Smartphone à la lumière de la  théorie des attentes de Victor Vroom, éminent spécialiste de la motivation et inventeur d’un modèle utilisé en entreprises. Etudions en parallèle,  l’activité de travailler (pour développer des compétences et apprendre des connaissances est un autre sujet)  qui pourrait être aussi une activité possible pour réussir un examen et celle de jouer !

Cette théorie postule que les actions et les comportements des individus sont réalisés dans l’objectif de maximiser le plaisir et de minimiser la douleur.

Le modèle VIE se compose de trois éléments : la Valence, l’Instrumentalité et l’Expectation et c’est un X et non un + qui relie chaque élément. Autrement dit un élément manquant et la motivation disparait.

 Motivation = Expectation × Valence  x Instrumentalité.

 

La valence – Est-ce que ça vaut la peine ?

La valence est la force de préférence d’une personne pour obtenir un résultat particulier. « Au nom de quoi, je vais essayer d’atteindre mes objectifs ? » Pour un jeu vidéo, arriver à atteindre tel niveau est objet de reconnaissance qui pourra se partager instantanément sur les Réseaux. Le plaisir érigé dans notre société en valeur, peut être la valeur suprême qui rend la valence très positive. Les jeux vidéo ont une très forte et subtile dose de compétition et le jeu en ligne favorise à chaque  instant cette force qui devient une attraction, voire une addiction. En revanche, réussir un examen comme le Bac par exemple n’a pas cette valeur de reconnaissance d’avant. Tout le monde l’a ou presque et les mentions généreusement accordées sont la plupart du temps sans impact (sauf  quelques mentions TB). Sur la valence, Vidéo largement en tête devant  Boulot.

 

L’instrumentalité – Qu’est ce que j’y gagne ?

L’instrumentalité se réfère à la personne qui croit que l’accomplissement d’une tâche donnée, se traduit par la réalisation d’une récompense appréciée. Pour la vidéo, la récompense est dans le moment. J’appuie sur la manette et je touche ma cible. Je me concentre « Papa ne me parle pas !! » et paf ! L’ennemi est tué et mon score augmente et je peux encore jouer.

Pour se mettre au travail en vue du BAC, beaucoup s’y mettent au dernier moment car la récompense liée au succès est faible.  En revanche, la peur de l’échec et l’inconfort mental que cela engendre, voire physique pour certains, peuvent réduire le gain, la plaisir  à pratiquer les jeux Vidéos par exemple. C’est plus un manque à gagner qui motivera. Là aussi, Vidéo > Boulot

 

L’expectation – Est-ce que je suis capable ?

L’expectation se rapporte à l’espérance et à la confiance que les individus peuvent avoir en eux-mêmes dans l’accomplissement de certaines tâches personnelles. « Suis-je capable de …   ? » Si l’individu ne se considère pas comme suffisamment compétent pour faire un certain travail, il ne verra pas qu’il est possible d’obtenir les récompenses souhaitées, et donc cela va le démotiver. Il peut aussi manquer d’expérience, voir d’énergie liée à une mauvaise gestion des émotions ou d’estime de soi.

Pour les jeux vidéos, qui a déjà vu  un plus jeune que soi manier avec moins de dextérité les outils numériques ?. La question de la compétence  ne se pose pas pour un jeune car au pire il a le temps d’apprendre sachant que l’apprentissage dans le jeu est la règle. Le E est infini.

A contrario, face à un problème de maths, nombreux sont ceux qui se pensent incapables de faire tout ou partie du problème. Une validation des résultats pas à pas apporterait à la fois de l’instrumentalité (j’ai au moins 2 points puis 4,6, 8, 10 sur 20) et de l’expectation (j’ai réussi donc je peux continuer de réussir)

On le voit un jeu vidéo en ligne de surcroît et du boulot pour préparer un examen nourrissent  des motivations différentes mais surtout à des niveaux sans rapport. Un de mes coachés avait « travaillé » pendant 2 ans les jeux vidéo sans aller à la fac. Il était dans le top 5 d’un jeu célèbre. Fort des compétences qu’il avait su développer (il y en a), il a réussi une 3 ème première année avec succès car il était arrivé à ne plus attendre grand-chose des jeux vidéos, il était devenu champion ; Ouf !!!.  Mais attention aujourd’hui, on peut acheter des ressources pour réussir dans les jeux. l’argent a pris le pas sur la compétence, attention danger à la carte bancaire !  A ce « jeu », des parents m’ont confié avoir vu leur compte bancaire baisser de plusieurs centaines d’Euro !!

Quand j’étais petit ; j’avais le jardin pour jouer et souvent la fatigue, le mauvais temps , une embrouille avec mon copain de jeu ou simplement l’heure convenue me faisait rentrer pour travailler. C’était quand même plus facile de s’y mettre non !!!

Bon jeu de  révision !

PS : Pour que révision passe devant  jeu vidéo, il y a quand même des solutions , parlons en ensemble !